vendredi 21 février 2014

Débat d’Orientations Budgétaires (DOB)




Conseil Municipal du 20 Février 2014

Photo JM. Pascal
Notre intervention sera courte pour ne pas alourdir les débats.
Nous préconisons de redonner au DOB un caractère de décision budgétaire en proposant que ce dernier s’organise un mois après le compte administratif.
Nous sommes stupéfaits par ce DOB, au niveau de son contenu, mais aussi au niveau de sa forme, ce qui nous amène à le contester.


En effet, le DOB à toujours été une simple formalité administrative, sans arbitrage et sans prise en compte des propositions et interrogations qui ont pu être formulées.
Et là, en 2014, on nous demande, sur la base d’hypothèses discutables et contestables pour certaines, de faire des choix. 

Photo JM. Pascal

Choix que vous ne faites pas, car vous ne savez pas comment faire pour ne rien changer, tout en ayant conscience de la nécessité de faire quelque chose.
Cela se résume pour vous par :
-       augmenter les impôts ou faire des économies... mais lesquelles ?
-       des économies par des baisses saupoudrées, ou de véritables choix ?

Pour nous, les choix budgétaires ne se déclinent pas avec une approche purement comptable de la situation.
Nous affirmons que ce sont les objectifs politiques et les priorités qui déterminent, à la lecture de la situation de notre territoire, les choix qui doivent présider à l’instauration d’une politique budgétaire et non l’inverse.

Licence libre cc-by-nc :Pierre-Alain Dorange
Le DOB doit donc déboucher sur un budget qui combat le fatalisme ambiant, l’austérité et doit manifester la solidarité de la collectivité envers ceux qui en ont le plus besoin.
Ce postulat de départ, pour nous, conditionne notre engagement et nous permet d’insuffler un vrai programme politique ambitieux, sérieux et inventif.

Il est bon de rappeler, Michel, à ce stade de notre intervention, que tu fustigeais le gouvernement Sarkozy lorsqu’il baissait la DGF et tu te lamentes mollement lorsque c’est le gouvernement Hollande.
Pourtant la principale cause de la difficulté à établir le budget est liée au Fond de Pérequation IC 2014 qui va entraîner un manque « à gagner » de 190 000€.
Licence libre cc-by-nc :Pierre-Alain Dorange
Ça n’est pas tant le principe de solidarité entre les territoires qui est contestable, ce sont les bases de calcul qui le sont. On pouvait attendre de ce gouvernement une refonte de ces dernières.
À cela s’ajoute une baisse de la DGF pour 310 000€. Dés lors, nous devons en convenir, la politique nationale vient bien « télescoper » les municipales.

Nous nous sommes donc attelés à la tâche pour essayer de deviner la trajectoire politique de ce DOB qui va concourir à l’établissement de votre budget.
Ce DOB qui doit déterminer quels seront les axes forts de votre programme et voir s’ils s’inscrivent dans une perspective de développement et de réponse à la situation que nous connaissons.
Et bien RAS circulez, il y à rien à voir :

Licence libre cc-by-nc :Pierre-Alain Dorange
Nous ne voyons rien sur le fief « caillou », projet phare de la mandature ( je ne vous rappellerais pas ici ce que nous en pensons )
- Rien sur la requalification du quartier de l’hôpital ?
- Rien, malgré les nombreux contacts que tu as eus, sur la cession et le réaménagement des chais Monnet... ah si, une chimère de plus : un casino.
                - Rien sur la nécessité de reloger les ST, sur la participation à la mutuelle
                - Rien sur la démocratie locale et la gouvernance

Licence libre cc-by-nc :Pierre-Alain Dorange
 Pour ne citer que cela, car la liste est longue etc. etc.

Vous comprendrez que nous ne pouvons nous prononcer ou valider des hypothèses qui ne correspondent à aucun cap politique et qui ne sont que des ajustements, qui ne permettent pas d’entrevoir l’avenir sereinement et de dynamiser et faire bouger la ville.
Ce DOB est proposé autour d’hypothèses négatives, déconnectées d’un projet explicité, sans colonne vertébrale
Je vous le dis, responsables nous le sommes, mais ce n’est pas comme cela que nous envisagions faire de la politique.
Nous avons maintes fois proposé, condamné ou validé des choix. 

Licence libre cc-by-nc : Fred Dhenin
Un exemple parmi tant d'autres :
 -       la prise en compte par la CDC des nouveaux rythmes scolaires.
Nous étions les seuls à envisager que cela soit porté par la CDC, alors que tu préconisais avec force, la mise en œuvre immédiate au niveau communal, qui s’en souvient ?
Ce choix a permis d’économiser 120 000€, comme quoi nous avons été utiles, lorsque l’on a bien voulu reprendre nos propositions, pour ne citer que cette dernière.

Dans le même esprit, nous allons énoncer quelques pistes devant nous permettre de faire des économies au regard de besoins identifiés, voire de faire des recettes supplémentaires pour surtout ne pas augmenter les impôts, même si pour nous l’impôt n’est pas une maladie honteuse, mais un moyen d’être plus efficace dans le cadre d’une redistribution des richesses.

Quelques propositions :
           
Des cession immobilières, donc moins de bâtiments à entretenir moins de fluide et des recettes en plus, comme
                       - le golf,
                       - la villa François 1er,
                   - la maison de quartier du centre ville qui sera relogée au récollet (mission locale),
                       - la maison de quartier de St Martin qui sera relogée Bat de la cité de l’air, 
                       - regrouper les écoles pour en libérer une afin de reloger le Centre de Loisirs du petit parc qui est obsolète.
Licence libre cc-by-nc :Pierre-Alain Dorange
- vendre une partie des chais Monnet à la CDC pour y réaliser l’hôtel de la CDC et le FJT, une autre partie à la Région pour y mettre sur le même site le CFA et le pôle verrier. Ces choix, au -delà d’un désendettement de la ville et des économies qu’ils généreront, contribueront à ramener en centre-ville de l’activité
@JM.Pascal
-  les villes de notre strate ont un seul musée, voire pas de musée : fermer le musée d’arts et d’histoire pour renforcer l’attractivité du MACO et développer les expositions itinérantes dans les quartiers.
- couper, oui couper l’éclairage public de 1h à 6h du matin (rassurez-vous, à cette heure- là les braves gens dorment et ne surveillent pas leur prochain).
- augmenter la taxe locale sur la publicité.
- former, reconvertir des agents pour constituer une véritable équipe de voirie avec des moyens pour effectuer plus de travaux en régie (ronds points minimalistes etc.)
- ne plus concourir pour le label des villes fleuries, en intensifiant la mise en place d’arbustes et de plantes vivaces.
                - la nécessité s’impose à nous de reloger les ST, mais aussi à la CDC, envisager ces deux entités dans le cadre d’un seul bâtiment.
                - renégocier la Dotation de Solidarité Inter communale.

J’arrêterais la l’énumération de nos propositions car nous en avons bien sûr d’autres.
 Etc.etc.

@ JM. Pascal
Vous comprendrez, à l’écoute de ces quelques propositions d’économies ou de recettes nouvelles, que celles-ci ne s’inscrivent pas dans l’immobilisme, mais dans le cadre d’un programme politique cohérent qui permet de répondre à des besoins de développement, de rationalisation et à la nécessité de faire avancer notre ville.

Je terminerais nos propos par cette citation, si vous me le permettez.

« L’optimisme est la foi qui mène à la réalisation,
 rien ne peut se faire sans l’espoir et la confiance ».

Helen Keller (écrivaine et activiste)

Merci pour votre écoute                                                  

Serge Lebreton