jeudi 27 mars 2014

Analyse constat de la situation

            La majorité des partis politiques (PS, EELV, UMP, UDI…) n’a cessé de répéter que le scrutin de dimanche dernier serait purement local, alors qu’il est nécessairement par sa filiation « législatives » dépendant de la politique nationale.

             Le taux d’abstention (37 %) démontre,  si besoin était, que c’est bien la politique du gouvernement et son absence de réponse pour baisser le chômage la pauvreté, la précarité, qui poussent des millions d’électeurs à ne pas voter, sans parler de la succession des affaires qui en écœurent plus d’un.
            Ces partis composés en grand nombre de « cumulards » concourent à atomiser la vie politique puisqu’ils se présentent alternativement aux responsabilités considérant être les seuls en capacité  de présider aux destinées des citoyens.

          Par ricochet ils se définissent comme des professionnels de la politique qui savent, et qui démontrent pourtant tous les jours leur incapacité à répondre à l’attente d’une majorité de français qui est de vivre dignement en travaillant dans le territoire de résidence de leurs familles.

          En confisquant le débat public et en apportant une seule réponse dictée par la classe des nantis, où la finance prime sur l’humain, cela débouche inévitablement pour les plus humbles d’entre nous sur un rejet des partis. Jusqu'à maintenant ce rejet s’exprimait principalement par la pratique du vote  « yoyo » entre le PS et l’UMP mais dans ce scrutin il y a un trouble fêtes c’est le FN qui profite aussi de cet effet.

           Ce choix, les citoyens le font car  rien na été mis en œuvre pour leur laisser envisager que cela va changer pour eux.
            Ce choix favorise plus particulièrement le repli sur soi des laissés- pour- compte et débouche bien souvent sur un positionnement ostracisé, identitaire, si cher au FN, mais aussi et surtout sur un vote contestant l’hégémonie des partis politiques responsables à tous les niveaux de cette situation.


            Nous le disons, ils se sont fait tromper, et ils se sont trompés de bulletin.

            Un autre choix leur était offert par ceux qui leur présentaient un projet alternatif :
  • un projet alternatif qui s’inscrit ouvertement dans un projet de société radicalement différent, se déclinant du local au transnational.
  • un projet alternatif où l’intérêt général prime sur les intérêts particuliers et surtout sur ceux de la finance européenne et mondiale, qui par son diktat fragilise notre vivre ensemble.
  • un projet alternatif  ambitieux, solidaire où l’environnement est réellement pris en compte et non comme gadget électoral, avec des propositions concrètes dans tous les domaines du quotidien, et la volonté de faire bouger la ville et la CDC. (Il est vrai que pour faire 16% d’autres n'ont rien proposé et ont fait durer le suspens  pour éviter de produire une réflexion collective).
           Résistons par les Actes présentait cette alternative.

            La seule solution pour combattre l’absentéisme et le FN passe par des réponses économiques inspirées de l'écosocialisme  et non par un rassemblement en trompe l'œil  des formations politiques qui se sont opposées, cela relève de la tarte à la crème et de la plus grande tartuferie.
             Le résultat du FN, à Cognac et dans toute la France, relève d’une responsabilité à partager entre le PS et la droite dans sa diversité,

             et il ne faut pas s’en étonner :
  • Lorsque le candidat socialiste et le candidat de droite, entrent en surenchère sur les questions de sécurités par rapport au FN .
  • lorsque le candidat socialiste  ouvre sa liste à droite et annonce haut et fort qu’il n’a pas besoin du PG, qu’il retire les délégations aux élus PG sous le prétexte que ces derniers sont en désaccord avec lui sur un certains nombre de sujets.
  • lorsque, à l'annonce de la constitution d'une liste de gauche, le maire-candidat affirme explicitement qu’il n’y aura pas de négociation au second tour.
  • lorsqu’il en arrive à s’accommoder de la présence du FN puisqu’il ne s’en émeut même pas et semble se satisfaire d'une situation qui a largement concouru à faire  perdre le candidat UMP.
         Le maire sortant et futur maire est également satisfait que des élus de gauche ne soient plus là pour dénoncer ses errements droitiers contraires aux choix politiques que nous avions portés ensemble, car, élus, nous aurions été un point de résistance à sa politique sans cap, nous aurions été porteurs de contre propositions et farouches opposants à l’action politique du gouvernement PS semblable à celle d’un gouvernement de droite.

       Après les élections municipales - vous vous doutez pourquoi - sera annoncée la constitution d’un gouvernement resserré, qui dans la droite ligne de ce qu’il à déjà mis en œuvre annoncera :
  • le gel des pensions
  • le gel de l’avancement des fonctionnaires
  • une augmentation de la TVA
  • la responsabilité du gouvernement engagée pour éviter tout débat sur le pacte de responsabilité et ses 50 Milliards de cadeaux au MEDEF.
  • 10Milliards en moins pour les collectivités et aves les élus qui soutiennent le gouvernement des impôts locaux en plus.
  • Ils se prononceront pour le grand marché transatlantique. Etc. etc.
             En un mot tous les secteurs seront visés: services publics locaux, nationaux, subventions aux associations, protection sociale emploi pouvoir d’achat etc. etc.

              Voila ce que les élus se réclamant timidement(?) du PS ou de la droite nous préparent

             Tout est tenu caché leur appartenance politique comme les orientations et priorités (si il y en a) du budget de notre commune, où nous avons clairement dans le cadre du DOB en CM en Février dénoncé la mascarade de ce débat qui n’a pas eu lieu et où la majorité sortante se lamentait sur sa difficulté et son impossibilité à faire des choix, alors que nous avons été les seuls à faire des propositions réalistes et cohérentes.

           505 cognaçaises et cognaçais ont voté pour un programme de rupture ambitieux avec une équipe de citoyens respectueuse des différences et soucieuse de la cohésion sociale et nous les en remercions. Ils ont affirmé ainsi, qu’ils croient possible de faire une autre politique qui dans la transparence, le respect du débat démocratique et l’écoute citoyenne, peut combattre efficacement l’austérité et redonner espoir aux jeunes, aux séniors et à tous ceux et celles qui ont envie de vivre, travailler, s’instruire, se cultiver dans notre bassin de vie.

         Nous tenons à affirmer que nous ne sommes donc pas pour un rassemblement républicain de circonstance, qui n’a qu’un objectif faire gagner ceux que nous combattons, d’autant que nous appartenons à un rassemblement, le FDG contre l’austérité et pour le partage des richesses.

         Si nous avions été élus nous nous aurions fait de la politique, la vraie en votant pour illustrer nos propos une motion pour l’arrêt total des négociations sur le TTIP, et déclarer symboliquement la commune hors grand marche transatlantique.

        En effet d’autre échéances importantes arrivent les élections Européennes lisez les programmes et votez pour ceux (FDG) qui dans le cadre de leur combat politique proposent une Europe des peuples comme une commune pour les citoyens, avec des perspectives positives.