jeudi 16 avril 2015

+ 13% de hausse des taxes foncières à Cognac face aux - 16% de subventions de l'État !

Le Maire cautionne les coupes sombres 
de l’État ! 
Ce même État, dit de Gauche, met les collectivités locales dans une position impossible, après avoir fait des cadeaux aux grandes entreprises, au grand patronat représenté par le MEDEF qui en veut toujours plus.

A ceux-là, l'État n'a pas dit non, n'a pas exigé de compensations. Par contre il fait faire le sale boulot aux communes, aux départements, au niveaux des citoyens !

Un Maire de Gauche digne de ce nom ne se pose pas la question de savoir si on doit présenter un budget en déséquilibre (même la nuit...) : IL LE FAIT ! et en plus, il demande le soutien de la population. Ça s'appelle se bagarrer contre des mesures de Droite et défendre une éthique de Gauche.


Au lieu de cela, l'Équipe municipale se défend en :
  • mettant en avant la gestion rigoureuse du Maire. Est-ce bien le rôle d'un élu de se poser en gestionnaire ? N'est-il pas d'abord celui qui impulse une politique et qui défend la Commune ?
  • dénonçant le fait que les dotations et participation de l'État se voient amputées de 16%, du fait de la politique d'austérité menée par le Gouvernement : Pourquoi alors ne pas s'opposer concrètement à cette baisse inadmissible qui se reproduira en 2016 ? Pourquoi cautionner ainsi une politique sociale-libérale qui ne dit pas son nom ? Pourquoi ne pas entraîner les citoyens dans la résistance ?
  •  augmentant finalement de 13% la taxe foncière ! Est-ce normal de "taper" encore une fois sur le contribuable ? Est-ce vraiment une bonne conscience de souligner que par contre on ne touchera pas à la taxe d'habitation ?
La vraie bataille est celle qui répond aux besoins de la population. En acceptant de présenter un budget en déséquilibre, en prenant la tête de ceux qui défendent le Peuple, un élu de Gauche remplit sa mission et ne trahit pas son engagement ! Manifestement ça n'est pas la voie choisie par le Maire de Cognac !

Le Parti de Gauche appelle les citoyens à ne pas accepter cette politique. Résister au Capital, aux appétits des actionnaires et à l’Europe de Merkel, c’est possible : il faut le décider !