mardi 23 février 2016

Lafarge La Couronne : « Honneur à vous travailleurs ! »

Communiqué de presse

2262426_117_12693894_1000x500 © Archives ISABELLE LOUVIER
© Archives ISABELLE LOUVIER

Un nouveau groupe industriel monstrueux est né : Lafarge-Holcim, qui devient de-facto le leader mondial des matériaux de construction.

En pourparler avec son ex-concurrent Holcim (Suisse) depuis avril 2014, le groupe Lafarge finit par céder le 15 juillet 2015.

À cette occasion, le nouveau groupe aurait réalisé 1,4 milliard d’euros de synergie. Le siège de la nouvelle entreprise est à Jona (Suisse) tandis que les fonctions centrales sont partagées entre Paris et Zurich. Au final, les actionnaires d’Holcim détiennent 55,5% du capital ! L’ex PDG de Lafarge est écarté de la direction du nouveau groupe et joue les seconds rôles. En quittant le groupe, Bruno Lafont touchera tout de même 8,4 millions d’euros !

Le groupe avait un chiffre d'affaires de 27 milliards d'euros en 2014, Lafarge-Holcim emploie 115 000 personnes dans 90 pays et  plus de 2 500 unités de production dans le monde (carrières, cimenteries, centrales à béton...), dont 13 cimenteries en France.


Charente Libre Photo Majid Bouzzit

Le décor étant planté, on comprendra que les affaires vont bien et que les actionnaires peuvent dormir sur leurs deux oreilles. Malheureusement pas les salariés, à l’instar de ce travailleur qui ne peut mieux exprimer le désarroi des salariés de La Couronne a qui on annonce 90 emplois de moins sur le site, après le départ en retraite de 28 ouvriers :

« La voilà la France qui travaille : des visages usés et fatigués !! Visages tendus et anxieux !!! Aprés des sacrifices pour quels salaires !!.

La voici la France des travailleurs ici et là qui sont sacrifiés sur l'hôtel de la crise et de la rentabilité !! regardez-les bien tous ces gens !!! Voilà comment on traite les esclaves modernes, de nos jours, au bout du compte !!! Et quand ils seront au chômage !! Certains viendront les montrer du doigt parce que chômeurs !!! N'avez-vous donc pas de dignité, vous qui licenciez à tour de bras, partout dans le pays !!!! Vous avez dit révolte ? Oui, il y a de quoi un jour, en ce beau monde qui nous guide de se révolter !!! Ça finira mal tout ces gâchis !! Honneur à vous travailleurs ! »  (Charente Libre du 06/02 Commentaire d’un lecteur : luluberlut)

Le Parti de Gauche partage cette émotion et manifeste sa colère devant un nouveau gâchis industriel, un nouveau bradage du patrimoine industriel français.

2268237_093_12757997_1000x500 © Photo m. amat
© Photo M. Amat

Réduire une unité de production en un site de broyage, comme à La Rochelle, est une façon de liquider, de dilapider nos richesses. C’est inacceptable, alors que La cimenterie a produit jusqu'à 900 000 tonnes par an les bonnes années. L'expérience prouve que ce genre d'opération ne se fait jamais sans dégâts. Il y a toujours des laissés pour compte. Sur les 61 personnes à reclasser, nous verrons bien combien sont sur le carreau. D'autre part, parmi ceux qui "accepteront" d'aller ailleurs, combien le feront sans conséquences fâcheuses ? Tout le monde n'est pas prêt à laisser sa vie derrière lui, loin de sa famille et de ses amis.

Au-delà de ça combien d'emplois détruits ? Lafarge a profité du CICE et a donc touché de l'argent des contribuables. Pour combien de créations d'emplois ? C'est une honte ! Il faut que les consciences ne s'endorment pas !

Comme le dit Sylvain Moreno, délégué syndical central CGT « Cette usine est rentable mais 75% de sa rentabilité est distribuée aux gros actionnaires. Que voulez-vous faire, vous battre pour le plan social ou vous battre pour refuser la transformation de la cimenterie ? » et Johan Guet, délégué syndical central FO « On a la rage mais on ira sur tous les fronts possibles, juridiques ou politiques pour se faire entendre. »  C’est la seule alternative possible.

2266217_333_12728728_1000x500Lundi 08/02, les travailleurs ont choisi, à l’issue de la consultation organisée par les organisations syndicales. Dans un climat social très lourd et particulièrement anxiogène, ils ont pris l’option de se battre pour négocier le meilleur Plan de Sauvegarde de l'Emploi (PSE). Le PG soutient les victimes de ce patronat indigne qui n’hésite pas à sacrifier les travailleurs sur l’hôtel du profit maximum. Nous apportons aux travailleurs de Holcim-Lafarge toute notre solidarité pour la journée de grève décidée par la CGT ainsi que tout notre soutien pour les négociations du plan social.

fermeture-de-lafarge-la-cgt-se-prepare-au-combat Charente Libre Photo Richard TALLET
Charente Libre Photo Richard TALLET

Pour les salariés de Lafarge, nous devinons une certaine résignation. Peut-il en être autrement, après la criminalisation de l'action syndicale et des manifestations de révolte ? 

Les patrons et le gouvernement ne mesurent pas la désespérance qui envahit le monde du travail et à quoi elle peut conduire. Pour l'instant, cela conduit à accepter les miettes d'un PSE qui ne mènera à rien et à ne plus défendre l'emploi. C’est très grave et, dès lors, le travail n'est plus une valeur centrale, autour de laquelle se construit une vie et l'appartenance à une même communauté : celle des travailleurs, fiers de leurs métiers. Un emploi n’est plus que la recherche d'un gain futile et éphémère.

Cet avis est d’autant plus fondé que les travailleurs viennent de démontrer que la rentabilité du site n’empêche pas les dirigeants d’Holcim-Lafarge de fixer la fermeture pure et simple du site, à l’occasion de cette première étape. La seule défense d’un plan social ne suffira pas !

2271394_341_12806934_1000x500 Sud ouest © Photo Michel Amat
Sud ouest © Photo Michel Amat

L’alerte est sérieuse, d’autant que d’autres unités Lafarge-Holcim sont victimes de la même politique. C’est le cas au Havre qui doit subir la même transformation qu’en Charente. Les travailleurs sont appelés à se rassembler devant le siège social Lafarge-Holcim, à Clamart.

Nous appelons la population à manifester leur solidarité sous toutes les formes possibles, notamment lors de la journée d’action décidée par la CGT le 17 février, avec appel à la grève sur tous les sites Lafarge-Holcim.