jeudi 11 février 2016

Le Maire d'Angoulême veut bien gagner sa croûte !



BONNEFOND (fond monétaire) DEFEND
SES INDEMNITES AVEC VIRULENCE
 (Article CL du 3 Février 2016)

Bonnefont défend ses indemnités avec virulence
Photo archives Renaud Joubert Charente Libre
La lecture de l’article concernant Monsieur le Maire d’Angoulême et ses « indemnités cumulées » nous attriste, tant sur la forme que sur le fond. Il est bien loin le temps du « Monsieur Propre » annonçant : « Je serai maire à plein temps… » Il « défend » aujourd’hui, avec pugnacité, son nouveau gagne-pain. Le cumul ne lui fait plus peur.
Les indemnités d’élu, doivent permettre d’exercer un mandat, qui lui, doit être dégagé d’intérêts personnels, mandat pour une fonction politique et décisionnelle, délégué par les citoyens pour porter un projet…. mandat qui par définition est limité dans le temps…. Il ne s’agit bien sûr pas d’un travail.
Représenter les autres est un engagement citoyen, pour œuvrer dans l’intérêt général et non pour son intérêt personnel… Bien sûr, les élus doivent être dégagés, pour un temps (celui du –dit mandat) de leurs obligations professionnelles et de certaines contingences matérielles…..d’où la nécessité d’une indemnité ….


Vincent You a présenté le dispositif de sortie des emprunts toxiques.

© Photo Anne Lacaud  Sud Ouest
Cet élu, comme la majorité de nos édiles qui cumulent les mandats, en vivent tout au long de leur vie, certains allant jusqu’à transmettre le mandat à leur progéniture, leurs copains de même obédience, tend à vouloir professionnaliser la politique et donc à tuer la démocratie.

La plainte de ce Monsieur, nous semble assez incongrue, voire même indécente, dans la période de crise que le pays traverse, avec son cortège de précarités, de chômage pour beaucoup d’entre nous. Précarité d’ailleurs souvent réclamée par le parti Les Républicains sous le terme choisi de flexibilité…. Donc se plaindre, disions-nous, alors que le montant des indemnités de Maire (qu’il a augmentées en arrivant au pouvoir, car il ne devait point briguer un autre mandat…) se situe parmi les salaires confortables (3 000 euros par mois…). Visiblement cela ne suffit pas…. un nouveau mandat et nous voilà dans les 10 % des revenus les plus élevés (en l’espèce 6 000€/mois) ….
Combien de salariés perçoivent un salaire de 3 000 euros par mois ? De 6 000 euros par mois ?
Si la fonction de Monsieur le Maire et « sa précarité » (un CDD de quelques années, tout de même, sans mise à l’essai et sans risque de plan social ou de mutualisation pour cette période… fort courte nous en convenons. Un mandat est si vite passé…). Mais je m’égare ! Donc, si cette fonction est tellement éprouvante, nous lui conseillons, ainsi qu’à ses pairs, un tour vers la stabilité de l’entreprise, du salariat , avec les facilités que cela permet en terme de stabilité, de pouvoir d’achat , de bien vivre, de projet ….
Monsieur Bonnefond nous précise qu’il a fait « un choix risqué », il a « abandonné un CDI » ! En politique, soit dit en passant...
Indemnités: Bonnefont et Bonneau lèvent le tabou
Repro Charente Libre
Pense-t-il une seconde, aux millions des salariés qui sont dans le précariat, qui n’ont pas de CDI, qui sont intérimaires par obligation et pas avec les mêmes chiffres au bas de leur feuille mensuelle ? Comme par exemple les petits retraités avec moins de 950€ par mois, ceux qui survivent avec le RSA car ils n’ont pas d’autres choix, aux 13 millions de personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté… Non , il n’y pense pas pour tenir de tels propos à la presse ! Propos qui le déshonorent et jettent, une fois de plus l’opprobre sur les élus.

« Je suis sans filet si je perds aux élections, je n’ai plus de travail »
Nous lui rappelons qu’il s’agit de son choix, alors que pour bien d’autres, la perte de l’emploi, ils ne la maîtrisent pas ! Ils ne choisissent pas : ils sont licenciés… Par exemple, après 35 ans de bons et loyaux services on peut percevoir 57 % de son salaire en allocation de chômage (indemnités qui vont être révisées à la baisse) et avoir de fortes probabilités d’y rester… au chômage et donc de n’avoir plus que le RSA pour survivre en attendant des jours meilleurs, avec des dirigeants, peu attentifs au sort des plus démunis….
5 millions de chômeurs qui ne sont pas, pour la moitié, indemnisés !
Pense-t-il aux salariés de Goodyear, d’Air France, de Sanofi ? Pense-t-il aux paysans, les vrais, qui ne peuvent vivre de leur travail ? Pense-t-il aux chauffeurs de taxis qui eux payent des cotisations alors que les VTC, au nom de la libre entreprise sans entrave, ne les payent pas ?Pense-t-il aux jeunes qui ne trouvent pas de place dans notre société, faute de travail correctement payé ?
Il précise encore « je suis obligé de cotiser à une caisse complémentaire pour ma retraite »
Ah bon ? Et pas les autres ?

Il en rajoute en plus - quel culot - connaît- il la situation de bon nombre de retraités qui n’ont pas les moyens de vivre décemment ? Sait- il que tout un chacun cotise pour sa retraite ? (et lui devrait-il en être exonéré ?)

Séquestration à Goodyear Amiens: 9 mois de prison ferme pour 8 ex-salariés
AFP
Le principe de répartition et de solidarité entre générations qui consiste à cotiser pendant sa période d’activité, est mis à mal par la droite et les socialistes qui préconisent la retraite par capitalisation… Mais pour capitaliser, il faut pouvoir mettre une partie de son salaire en capitalisation et lorsqu’on a de la peine à joindre les 2 bouts, à payer son loyer, l’électricité etc… La capitalisation…. on imagine qu’elle ne sera pas prioritaire ! Une retraite bientôt à plusieurs vitesses et peut-être pas pour tous les citoyens…

CL sous-titre : le soutien inattendu de Jean-François Dauré…. Tiens- tiens !!!
Pourquoi être étonné par les propos de celui qui est qualifié d’être le plus grand adversaire de Xavier Bonnefont, qui est le socialiste « Doré » et qui est assez bon, il faut le dire, au concours du cumul des mandats , lui aussi .

« Attaquer un jeune élu, qui mouille le maillot, ce n’est pas digne » dit-il.
Lafarge: Dauré veut des "mesures exceptionnelles" de Macron
Photo Renaud Joubert Charente Libre
Et ceux qui se lèvent tôt, pour un Smic, c’est digne de les augmenter royalement de 6 €… ils ne mouillent pas leur bleu eux ?
Comme disait un autre, il faut se décomplexer…. Il a fait des émules…. Ça y va…. Nos élus semblent parfois bien loin des réalités quotidiennes de leurs concitoyens !

Tous les salariés ne sont pas croqués à l’aune de l’austérité… Voyons le cas des magistrats de la Cour des comptes, rémunérés par nos impôts et qui s’augmentent de 9%, tout en préconisant par ailleurs et dans la foulée des économies salariales au sein des collectivités, recommandation entériné avec zèle, par ces mêmes élus !
Il faut en convenir et bien l’admettre, n’en déplaise à l’intelligentsia, les élus, cette nomenklatura, se soutient ; ils sont d’accord et se retrouvent quand il s’agit de conserver leurs privilèges …. Cela en dit long sur la collusion de la caste politique.

Nous sommes en pleine lutte des classes, ce n’est pas leur chemise qu’il faut arracher, il faut les virer, les remettre au travail et que la classe laborieuse, la plus nombreuse, cette classe trop soumise car précarisée, prenne le pouvoir.