dimanche 1 juin 2014

Menaces sur l'école maternelle Jean de la Fontaine.


L’école maternelle Jean de la Fontaine menacée de fermeture par la Mairie de Cognac !
C’est la nouvelle de l’année en ces temps de disette budgétaire.

Le Comité local du Parti de Gauche ne saurait accepter cette gestion uniquement comptable de notre petite enfance. Il soutient les parents et les enseignants qui s’opposent à une telle mesure rétrograde.
Depuis des décennies, la population de Cognac baisse et vieillit. Nos écoles sont évidemment touchées par ce phénomène, sans que cela ait provoqué quoi que ce soit au niveau municipal pour endiguer cette tendance.
Quand la Mairie (de Droite comme de Gauche) a-t-elle pris à bras le corps la crise de l’emploi ?
Qu’ont fait les élus depuis le temps que les classes ferment en raison de la baisse démographique ?

Aujourd’hui, subitement, la municipalité prendrait conscience de la situation, allant jusqu’à déclarer que 200 places sont vacantes en maternelle, et décide de faire des économies en continuant de ne rien faire pour l’Ecole Publique.

La norme des 30 élèves par classe en maternelle est déjà très lourde.
Localement la baisse des effectifs devrait permettre de soulager les conditions d’accueil des élèves et les conditions de travail des enseignants. Cette opportunité devrait être saisie par une municipalité qui se dit de Gauche.
La baisse des effectifs permet aussi d’accueillir les petits de moins de 3 ans. Rien n’est fait dans ce sens.

Une gestion « à la petite semaine » a préparé cette décision en orientant, depuis plus d'un mois, les parents qui voulaient inscrire leurs enfants à Jean de la Fontaine dans d’autres écoles. Dans ce cas on parle de bonne gestion des deniers publics, quant à côté, on ne compte pas pour entreprendre des réalisations aussi coûteuses qu’inutiles.

Nous, Parti de Gauche, disons NON à cette politique désastreuse et nous sommes aux côtés de ceux qui défendent le Service Public d’Education.

La Mairie doit revenir sur ce mauvais projet et revoir avec tous les intéressés les conditions d’accueil des enfants sur la ville.