mercredi 3 septembre 2014

Pas de confiance pour le gouvernement Valls II


Manuel Valls vient d’annoncer qu’il engagera la responsabilité du gouvernement devant l’Assemblée nationale le 16 septembre sur une déclaration de politique générale.
Après la standing ovation du Medef à son discours le 27 août, après les diverses annonces de remises en cause du code du travail (seuils sociaux, travail du dimanche, 35h …), les attaques contre les chômeurs, le renoncement à l’encadrement des loyers, l’annonce de la relance des partenariats publics-privés notamment pour des grands projets inutiles et après le mépris porté aux droits des femmes en supprimant le ministère de plein droit, ce gouvernement doit être combattu comme n’importe quel gouvernement de droite. Il faut en effet abréger au plus vite les souffrances qu’il inflige aux français.

 
Des mobilisations sociales sont déjà annoncées pour s’opposer à cette brutalité : nous en serons et œuvrerons à leur succès.
Mais les député-e-s qui ont été élu-e-s en 2012 pour une toute autre politique ont le moyen dès le 16 septembre d’en finir avec les attaques de ce gouvernement. Ils doivent voter contre la confiance, seul bulletin à même d’en finir avec un gouvernement dont l’axe politique est non seulement la poursuite de la politique d’austérité mais aussi une remise en cause massive des droits sociaux. Tout autre vote, notamment des "frondeurs", serait incompréhensible. L’heure de vérité a sonné : dire non ou se taire pour la suite.

Martine Billard, Secrétaire nationale , Eric Coquerel, Secrétaire national