mercredi 3 septembre 2014

La vérité sur la nouvelle organisation du Parti de Gauche


Quand la presse joue la muette
et martèle ses mensonges !



Les militants du PG à La Rochelle (Université d'été du PS)
Des flots d’images sur l’université d’été… du PS à La Rochelle. Le discours du Premier secrétaire et du Premier Ministre en direct sur LCP.
Quelques jours avant, EELV était à l’honneur, pour la même raison, mais en plus, Cécile Duflot, pas calculatrice, sortait son bouquin « brûlot » qui tire à boulets rouges sur ses anciens amis qui l’ont déçue.
Entre les deux, à Grenoble, avait lieu Remue-méninges, université du Parti de Gauche, où les caméras, sans doute fragilisées par le tapage médiatique, ont soudain eu le besoin de souffler…

La désinformation devenue la règle
Si bien que la seule information qui en soit sortie est la « démission de Jean-Luc Mélenchon ». Nous voilà bien ! « Mélenchon déprime », « Mélenchon en a assez », il jette l’éponge. Le drame est installé, on peut délirer et expédier le PG aux oubliettes éternelles : fin du film…
Dans tout ça, à part ce « drame » à huis clos, rien n’a été rapporté par les médias sur Remue-méninges ! Tant et si bien qu’il a fallu tenir une conférence de presse improvisée, le vendredi 22/08 pour « rassurer » nos amis des médias. Jamais, au grand jamais, la vie interne de notre organisation n’avait autant intéressé les journalistes !

Jean-Luc Mélenchon à Grenoble
Le samedi 23/08, une autre conférence de presse était tenue et des éléments très fournis furent livrés à la Presse qui se garda bien de les utiliser.
De même, dimanche 24/08, les écrans restaient noirs, suite au discours de clôture de Jean-Luc Mélenchon. Discours de plus d’une heure qui approfondissait l’analyse, aussi bien sur les questions de politique intérieure que de politique internationale.
  • Les Français n’ont pas le droit de savoir quelle stratégie a été décidée par le Parti de Gauche.
  • Ils n’ont pas le droit d’exercer leur esprit critique.
  • Ils doivent être dans le moule d’une intelligentsia à la pensée unique qui n’a pas d’autre idole que la croissance et la compétitivité.
  • Ils n’ont pas le droit d’avoir un peu d’espoir en entendant une Gauche qui elle parle de répartition des richesses et de Sixième République, car le PS et le gouvernement  « socialo-libero-zéro » ne sont plus de Gauche !

En fait que s’est-il passé à Grenoble ?
Le rassemblement devant l'Université d'été du PS à La Rochelle
La modification des instances nationales, notamment du fait de la suppression des deux postes de co-secrétaires, permet de libérer Jean-Luc Mélenchon de ses responsabilités du PG pour prendre en main la constitution d’un « mouvement pour la Sixième République ». Ce mouvement qui sera en dehors des partis politiques et devrait favoriser la préparation de la Constituante ce qui permettra d’assainir le débat politique et de restaurer la confiance des citoyens en leur garantissant des pouvoirs, notamment révocatoires, en les mettant au centre des décisions à prendre pour leur pays.
Pour sa part, Martine Billard sera responsable à temps complet du secteur international, car il est grand temps d’organiser le mouvement des travailleurs au niveau mondial pour être capable de contrer les forces capitalistes dans la société mondialisée.
Le Front de Gauche restera un bon outil de rassemblement des forces de Gauche qui aura vocation, tout comme le Parti de Gauche, à nourrir pour partie le mouvement « Sixième République ». C’est dire que le FdG ne restera pas tel qu’il est aujourd’hui.
Partant du constat que nous n’avons pas réussi à être entendus, lors des deux dernières élections, nous sommes dans une impasse qui ne nous permet pas de débattre avec les citoyens.
Nous sommes confondus avec les autres composantes politiques opportunistes et touchées pour un bon nombre par des scandales qui discréditent l’action politique en général.
Les Français n’ont plus confiance en personne et s’éloignent du débat politique, en ordre dispersé.
Jean-Luc Mélenchon
Les jeunes, en particulier, durement touchés par la crise et le chômage, sont désorientés et voient leur horizon de plus en plus bouché.
L’attitude de nos camarades communistes qui persistent à composer avec un Parti Socialiste Social-libéral assumé n’ont rien arrangé. Les citoyens ne peuvent pas comprendre, à raison, qu’aujourd’hui on combat la Droite et que dans le même temps on soit prêt à se compromettre avec un parti qui applique la même politique.
Dans ces conditions, il ne sert à rien de rassembler les forces de Gauche. C’est le Peuple de Gauche qu’il faut fédérer et ainsi créer les conditions pour qu’il reprenne la main et impose, par la force de son mouvement, l’élection d’une Assemblée Constituante. Ceci changera les règles du jeu et permettra de débarrasser notre pays des parasites qui polluent le débat et d’empêcher l’extrême droite de confisquer le pouvoir.
  • Il ne doit plus être possible d’occuper la scène politique pendant des décennies.
  • Il est indispensable que le Peuple ait un pouvoir révocatoire, si des élus ne remplissent pas leur mandat.
  • Il est grand temps qu’aussi bien au niveau de l’État que des entreprises, les citoyens prennent vraiment part aux décisions.
  • On ne peut plus admettre les scandales d’argent, la corruption au plus haut niveau.
  • Il est temps de redonner au mot Politique tout son sens.
Si l’on fédère le Peuple de Gauche c’est pour aller vers un but précis, c’est pour construire une autre République. La Sixième République doit être un nouveau départ pour la France qui sera alors en position de contester les mauvaises décisions de l’Europe de l’argent et les diktats de l’Allemagne. Elle est nécessaire, vitale à la construction d’une autre société fondée sur une juste répartition des richesses. Elle est incontournable pour que de par notre rayonnement international, nous puissions, avec d’autres pays, combattre le capitalisme et vaincre la mondialisation qui laisse l’Humain, dans ce qu’il a de plus noble, sur le bord de la route.
Avec l’avènement de la Sixième République, nous pourrons enfin mettre en œuvre l’écosocialisme, véritable révolution sociale nécessaire et urgente si nous voulons intervenir efficacement pour éviter le désastre de l’Humanité.

Ensemble !
Et maintenant ?
  • Il s’agit de réagir et de mener les actions indispensables pour nous défendre des méfaits de la politique du Gouvernement piloté par un Président de la République autiste.
  • Il s’agit de dire non au MEDEF qui en veut toujours plus.
  • Il s’agit de créer les conditions du rassemblement de la Gauche populaire qui doit retrouver ses valeurs et permettre à la France de sortir de ce marasme qui condamne notre jeunesse.
  • Il s’agit d’amplifier le mouvement pour la Sixième République qui nous portera vers un avenir d’espérance, de solidarité et de justice
Si nous échouons, n’en doutons pas, ce sera la consécration de l’extrême droite qui confisquera l’avenir de nos enfants. Cela, tous les démocrates, tous les progressistes ne le veulent pas !

Nous ne pouvons que gagner et nous le ferons avec tous ceux qui seront dans les luttes.